Qu’est-ce qu’un problème ? Un problème n’est pas nécessairement ici quelque chose de grave, mais simplement un sentiment désagréable/douloureux par rapport à une situation donnée. J’entends souvent en thérapie « Cette situation m’arrive constamment ! C’est tout le temps le même schéma. ». Comme le dit si bien Franck Lopvet, un problème contient automatiquement sa solution, sinon ça ne serait pas un problème. Alors quel est le cadeau de ton problème actuel et de la souffrance qu’il engendre ? La bonne nouvelle c’est  que lorsqu’un problème engendre de la souffrance, il est sur le point d’être résolu.

resoudre probleme vie

 

J’ai des situations qui reviennent fréquemment dans ma vie. Je les reconnais parce qu’elles engendrent un même sentiment, ici je parle d’un sentiment désagréable. Des personnes interviennent dans ma vie, comme des acteurs secondaires interviennent dans une pièce de théâtre, dans des situations factuellement différentes. La seule chose qui reste en commun à toutes ces situations est le sentiment désagréable qu’elles font émerger en moi. On parle alors d’un schéma qui se répète.

Soit je vis l’émotion engendrée pleinement, soit je la refoule. Si je la refoule, la situation va se représenter encore, sous une autre forme, avec d’autres acteurs, dans un autre décor, avec la même émotion sous-jacente, mais un petit peu plus intense.

Plus je vais refuser de vivre l’émotion (c’est-à-dire serrer les dents et la refouler), plus elle reviendra à la charge. Peut-être qu’au lieu de la refouler on pourrait se demander pourquoi ça fait mal ? Parce que dans tout les cas la vie va se charger de la faire émerger.

proleme resolution

 

Pourquoi ça fait mal ? Quand la souffrance est un cadeau qui a pour but de nous libérer d’une charge.

La souffrance est un cadeau qui a pour but de nous libérer d’une charge de notre sac à dos. Tu remarqueras que tu choisis de résoudre un problème au moment où la souffrance l’a surpassé, et qu’il survient la fameuse phrase « Je n’en peu plus. ». Bien que cette sensation soit désagréable et potentiellement accusable de nous « pourrir la vie », il y a pourtant quantité d’émotion qui nous traversent en permanence et à chaque instant. Le fait de juger que certaines sont bonnes et d’autres mauvaises, est purement culturel. Dans les faits, se sont des charges énergétiques, point.

Et ces charges, cher ami, sont une bénédictions. Si la souffrance n’était pas le sel mis sur ta blessure, tu ne pourrais pas découvrir le miracle qui suit.

Une blessure : une personnalité à part entière.

Si je te disais qu’une blessure c’est une entité à part entière. Une blessure c’est une partie de toi que tu as créé. Pourquoi créer des blessures ? On peut se poser la question !

On a créé ces blessures comme des programmes informatiques, ce sont des parties de nous qu’on a créé pour se protéger, et de manière générale : être aimé. Lorsque dans ton enfance tu as été dans une situation qui t’aurait fait cramer sur place tellement la charge émotionnel était lourde : rejet, abandon, sentiment d’insécurité intense, deuil etc… généré par évènement, un parent ou un tiers, tu as généré une partie qui prend la charge a ta place.

partie blessée psychologie

Comme une graine que l’on plante, que devient cette blessure en grandissant ? Ce programme se transforme, et prend une personnalité qui nous dicte quoi faire par peur de revivre la situation initiale qui l’a créé. On peut aussi l’appeler « les petits démons du passé« , « les petites voix dans nos têtes » 😉 Ce programme va t’attirer, comme un aimant, des situations dans ton présent, qui vont te faire revivre cette émotion qui était ingérable étant enfant.

Pourquoi revivre l’émotion non-vécue de notre enfance ? Pour enfin la gérer, et boucler la boucle. En vivant pleinement l’émotion, c’est comme si tu canalisais pour enfin la libérer. Ce mécanisme est d’une intelligence et d’une beauté phénoménale.

 

Comment guérir une partie blessée ?

Ceci est mon processus, je te laisse prendre uniquement ce qui résonne en toi, et te le designer comme tu en as envie.

Nous avons des centaines de personnalités-blessées, des tonnes de watt de charge et cette solution :

1. Identification de la partie blessée

Pourquoi l’identifier ? Parce que je trouve ça important de faire la part des choses avant de l’unifier. C’est une partie de nous et en même temps ce n’est pas nous entièrement. C’est une façon pour moi de prendre du recul sur ma situation intérieure avant de plonger dedans.

Nous pouvons avoir des problèmes d’argent, des problèmes relationnels, des problèmes pour trouver notre voie professionnel ou tout simplement notre place dans le monde. Tu peux tourner ton problème dans tout les sens, mais voici la question qui va te ramener à la source et t’aider à dérouler le tapis pour dénouer le tout. Quel problème rencontres-tu actuellement ? Qu’est-ce que ça te donne l’impression d’être comme personne ?

[Eclairage avec un exemple]
Mon problème actuel et ce que ça me donne l’impression d’être comme personne : je suis surmenée. J’ai deux boulots, un business, une formation en cours, et deux représentations de théâtre avec ma troupe en juin à préparer. Je suis sur-menée. Trop menée. Je laisse ma vie être menée par d’autres entités que « moi-m’aime ».

Pourquoi ? Quel est le bénéfice secondaire ?

Pour ma part, mon introspection résonne sur ceci : le fait de gagner de l’argent facilement avec mon business et mes dons m’est, pour certaines raisons, insupportable. Alors je me suis menée la vie dure pour gagner de l’argent parce que j’ai une croyance limitante en rapport avec ça. Ma croyance c’est que pour mériter l’argent gagné, il faut « travailler dur » et donc souffrir. C’est exactement ce que je produis dans ma vie en ce moment pour donner raison à cette croyance. Maintenant que la souffrance a dépassé le problème, je suis prête à la laisser aller.

– La vie est magnifique, parce qu’à travers notre souffrance qui augmente, elle ne nous laisse plus d’autre choix que celui de nous aimer. –

Ressentir cette souffrance qui se faisait crescendo dans mon quotidien depuis quelque mois, m’a fait prendre conscience de cette croyance et j’ai pris une décision la concernant.

coach creatifs

Photography by Michel Etolint, Bordeaux, France

2. Reconnaître ta blessure comme un enfant en toi.

Cette croyance sur l’argent découle d’une blessure en rapport avec l’histoire de Krystal. Tu as ta propre histoire. Une fois que tu as identifié simplement ton problème actuel et la personne que ça te donne l’impression d’être, dis-toi que c’est lié à une blessure qui était dans l’ombre jusqu’alors. Comme un enfant qui a besoin d’être vu, reconnu, écouté, compris, chéri et aimé.

Voici des exercices d’auto-hypnose fait par Olivier Lockert et sa femme Patricia Angeli pour te guider à contacter cette blessure, si besoin. Choisis l’enregistrement qui te parle le plus, dans tout les cas ils sont extraordinaires et ont fait la différence dans ma vie.

 

3. Vivre la blessure sur le terrain : se laisser traverser par la vague. Gloups, j’ai avalé la tasse !

Comme dit Franck Lopvet : » La solution à la vie, c’est de la vivre. ». Dans quelle situation ta blessure est la plus challengée ? Quand apparaît cette situation qui te challenge dans ta vie ? Quelle est la dernière fois que c’est arrivé ?

La bonne nouvelle, c’est que le schéma va se répéter à nouveau jusqu’à vivre l’émotion pleinement. Autrement dit, un peu comme la tasse que tu bois lorsque tu t’es pris un vague dans la gueule. Ça surprend, c’est spontané, ce n’est pas agréable, mais ça rince et après c’est passé 😉 Lorsque tu vas revivre une situation qui va mettre du sel sur cette blessure, et que tu vas ressentir une émotion qui en découle, juste vis-la.

juste vis

 

Il n’y a pas de solutions miracle en 12 étapes, il n’y a pas un mode d’emploi, si ce n’est goûter à cette puissante et sublime alchimie humaine : celle de vivre.

 

A lire aussi

Comment j’ai designée ma Morning Routine fid... Après un an de tentatives infructueuses pour adopter le concept de La Morning Routine, j'ai abandonné la technique commercialisée pour revenir au quan...
Les bénéfices secondaires du Syndrome de la Fille ... Je ne savais pas dire "non". Pire encore : j'ai découvert que ça faisait chuter mon estime de moi. Peut-être te reconnais-tu dans cette situation ?  Q...
Quand ressentir « tout très fort ! » est un don in... Lorsque j’étais enfant, une créativité débordante m’animait. Comme toi peut-être, j’étais créative, car j’étais sensible. Très sensible. Si tu as souv...

Pin It on Pinterest

Share This